J’ai découvert J.D.A sur la plateforme « simplement pro » pour son 1er recueil d’enquêtes de police.
Découvrez-le à travers mes questions :

 

1) Bonjour J.D.A, merci de prendre quelques minutes pour répondre à mes questions.
J’ai pris le temps de découvrir ta biographie que l’on peut trouver sur internet, mais pourrais-tu te décrire en quelques mots s’il te plait ?

En quelques mots alors ! J’ai 35 ans et je suis l’heureux papa d’une petite fille qui vient d’avoir 2 ans. Je suis originaire de l’Est de la France où je réside encore. Je suis passionné par les histoires criminelles réelles. J’essaye de trouver des récits justes en faisant des recherches et en achetant des livres où le point de vue est neutre.

2) Pour l’élaboration de ton premier recueil d’enquêtes policières, tu as puisé tes sources dans tes lectures personnelles. Mais nous avons l’impression d’y plonger intégralement dans cette brigade. As-tu pu obtenir des informations de la part de vrais enquêteurs (peut être des amis…) pour en savoir autant ?

Mes lectures ne sont pas mes uniques ressources. Je puise également dans le quotidien, et beaucoup dans l’imagination. Je n’ai pas eu recours à de vrais enquêteurs pour le moment, mais j’ai récemment offert mon livre à un ami qui l’est et il m’a proposé de relire les prochaines nouvelles pour vérifier la concordance et le déroulement des enquêtes ! Il y a quelques années, j’ai pu côtoyer d’assez près le milieu ce qui m’a permis de retranscrire assez réellement certains faits.

3) As-tu eu besoin de demander des autorisations avant de publier ton roman ?

Non, du moins je ne me suis pas posé la question en fait !!

4) Si nous mettons le genre littéraire « thriller / policier » de côté, aurais-tu un autre genre qui pourrais t’attirer ? Et si oui, quelles en sont les raisons ?

Non je ne crois pas, je pense être complètement addict ! La particularité de lire des histoires réelles montre toutes les facettes de l’être humain. Bien au-delà de l’enquête, il y a tout le volet psychologique et sociologique derrière et cela permet d’apprendre énormément sur l’Homme et ses capacités.

5)  Qu’as-tu ressenti lors de la sortie de ton roman ?

Au moment où il ne me restait qu’un clic avant de publier, c’est un peu comme si j’étais tout en haut d’un plongeoir olympique pour la première fois, les doigts de pieds dans le vide ! Sauter ou revenir en arrière… C’est assez étrange comme sensation. D’ une part, j’avais l’énorme désire de présenter mon travail, et d’autre part j’étais totalement pétrifié. Et puis j’ai sauté et c’est sans regrets aujourd’ hui. La preuve, le second opus est en cours d’écriture.

6) Il y a-t ’il un message que tu souhaites faire passer à travers tes écrits ? Ou au contraire, tu couches sur papiers ton imagination ?

Il n’y a pas de message particulier, j’écris au fil de mon imagination. Je profite du temps que je passe sur la route pour aller travailler pour imaginer le fil des nouvelles et certaines scènes puis je les couche dès que j’ai un peu de temps. J’essaye simplement d’être le plus juste dans mon écriture.

7) Harlan Coben , Dan Brown, Stephen King et Fred Vargas sont des grands noms de la littérature « policière ». Quel est ton auteur préféré ?

Sans aucune hésitation, Olivier Norek. Je trouve que ce qu’il fait est formidable. Il nous tient du début à la fin. J’ai beaucoup d’admiration et de respect pour cet auteur.

8) Pour les futurs / futures auteurs/auteures qui lisent ce moment de confidences entre toi et moi, que leur conseillerais-tu avant de se lancer dans cette grande aventure ?

Je leur dirai simplement que si eux sont au pied du plongeoir, qu’ils n’hésitent pas à monter les escaliers et à sauter. La descente en vaut le coup. Quelques conseils au passage : prendre le temps d’écrire et ne pas se précipiter. J’ai commencé ce recueil en 2013 pour le publier en 2019. Il était resté dans les cartons pendant des années et n’a failli jamais en sortir d’ailleurs. Comme quoi… Ensuite ne pas baisser les bras, l’auto-édition est fastidieuse, autant dans la mise en page, la correction de l’écrit, que dans la publicité de son ouvrage. Il y aura des moments de doute ou de découragement mais faut tenir bon et prendre son mal en patience. Enfin, si possible s’entourer d’un auteur qui est passé par là. C’est précieux pour le guidage et les conseils. Je remercie au passage Mickaël qui a été pour moi ce « parrain ».

9) J.D.A. pourrais-tu nous parler de tes projets à venir ?

Le second opus des Nouvelles du Groupe 2 ! L’écriture est en cours. J’en suis presqu’à la moitié, je pense publier vers la fin d’année ou début 2020. Tom Mareval reprend du service, et cela ne va pas être simple… Mais je n’en dis pas trop à ce stade. Tu le comprendras 🙂

10) Dis-moi, tu es un auteur, mais quel métier exerces-tu à côté ?

Je n’ai pas pour habitude de m’étendre trop sur ma vie professionnelle. Pour rester simple je travaille dans la fonction publique territoriale. Métier prenant et riche côté humain.

11) Il n’y a pas de 11ème question, car j’aurai aimé simplement te laisser ces quelques lignes pour que si tu le souhaites, adresser quelques petits mots à mes lecteurs.

Je souhaite simplement te remercier pour cette interview, la première qui m’est accordée, et c’est avec grand plaisir que je la réalise. Vraiment. J’ai apprécié ta façon d’être et j’espère que tes lecteurs sont reconnaissant du travail qu’il y a derrière cette activité que tu réalises avec sérieux. J’espère qu’ils en profiteront pour aller découvrir mon livre !

Bon courage pour la suite, à bientôt.

Je tenais à te remercier J.D.A. d’avoir accepté de te prêter au jeu de l’interview pour moi.
Merci également de ta gentillesse et de ton accessibilité pour mes lecteurs. Nous te souhaitons de rencontrer tout le succès que tu le mérites avec tes projets à venir.

Pour suivre J.D.A.:

Site internet : @lndg22